vendredi 6 mai 2011

moroccan wedding -historical version-


Je vais parler ici d'un mariage Marocain traditionnel , ou toutes les coutumes ancestrale sont appliquées.

Autrefois, tous les mariages étaient arrangés et certaines familles respectent encore cette tradition. En général, la mariée apporteLa famille du marié doit pour sa part verser à la famille de la future épouse une somme importante qui servira à l'achat de meubles pour la mariée et aux besoins du ménage.
Les cérémonies de mariage, qui ont généralement lieu l'été, donnent lieu à de grandes réjouissances. Il est courant qu'une femme mariée garde son nom de jeune fille.
  LA DOTE ET LE CONTRAT.
   Le versement de la dot marquait la fin des fiançailles et le début des fêtes du mariage.
Il s'accompagnait de la rédaction du contrat. La date était fixée par les deux pères deux ou trois semaines à l'avance, car il fallait faire des invitations et des préparatifs.
Il y avait grand déjeuner dans les deux maisons avec un menu traditionnel : poulets farcis, moutons aux amandes et  briwat.
Deux notaires avaient été invités chez le père du marié, à l'issue du repas, leur hôte faisait compter devant eux en espèces sonnantes la somme convenue.
On la mettait dans des sacs pour la transporter chez le père de la jeune fille, escortée des deux notaires et de quatre ou cinq amis de confiance.
Le père de la jeune fille est tenu par la coutume, à moins de stipulation contraire expressément indiquée dans le contrat, de dépenser pour l'établissement du jeune ménage une somme au moins égale (mithl) à celle qu'il a reçue en dot.
Ainsi est constitué non seulement le trousseau proprement dit de la jeune fille, mais encore le mobilier jugé nécessaire, étant donné le milieu social des jeunes époux.
  Une fois la dot versée, on fixait la date du mariage.
Il avait presque toujours lieu en été pour éviter que la pluie ne vienne interrompre les nombreuses cérémonies qui se déroulaient dans les patios.
Les préparatifs : Cinq jours avant la nuit des noces, les marieuses faisaient porter à la maison du fiancé tout ce dont elles avaient besoin pour aménager la chambre nuptiale.
  Cette journée portait le nom nahar et tankil (le jour du déménagement) et donnait lieu à deux fêtes avec musiciennes (tabbalat) dans chacune des deux familles.
  Le lendemain s'appelait nahar ez-zina (le jour de l'embellissement) ou nahar el-farch (le jour des matelas) 
  Les marieuses préparaient soigneusement tout ce que la jeune fille devait emporter dans sa nouvelle demeure (sofas, coussins, tapis, épingles, clous, anneaux de rideau, etc.) et l'y envoyaient.
Elles s'y rendaient elles-mêmes pour aménager l'alcôve nuptiale (dakhchoucha)
À cet effet, elles empilaient des matelas les uns sur les autres pour en former une cloison ne laissant entre elle et le mur que la largeur d'un matelas, le lit nuptial.
La cloison de matelas et les murs de la pièce étaient décorés d'étoffes brodées et de tenture (haïti). 
Costumes Marocains de Mariage
Quinze jours à l'avance, la jeune fille se rendait toutes les deux nuits au bain pour les sept ablutions rituelles.
La dernière séance, qui correspondait à l'avant-veille de son entrée au domicile conjugal, était marquée par la cérémonie du Takbib (lavage avec les seaux).
La fiancée arrivait, escortée de parentes et d'amies. les employées du bain (tayyabat) l'attendaient à la porte et la conduisaient processionnellement dans la salle la plus reculée en chantant les louanges du Prophète et en poussant des youyous.
Deux parentes déshabillaient la jeune fille qui gardait les yeux fermés et les lèvres closes, par crainte des génies du lieu.
Sept seaux d'eau tiède étaient rangés là.
Les employées puisaient successivement dans chacun au moyen d'un récipient apporté de La Mecque (tasa mekkawiya) et versaient l'eau sur la tête de la fiancée qui, à l'issue de la cérémonie, était désormais sous la protection des anges.
On la revêtait de vêtements neufs et "on la coiffait d'une somptueuse étoffe brodée de noir (mharma).
Les employées du bain reprenaient leur chant.
Après avoir dit la beauté de la jeune fille et réitéré les louanges du Prophète, elles recevaient quelque argent, ainsi que le vêtement porté par la jeune fille à son arrivée et qu'elle ne devait plus mettre.
On voit qu'il s'agissait là d'un rite de purification et de passage : la jeune fille venait d'entrer dans une nouvelle phase de sa vie, brisant tout net avec le passé.
Le jour suivant, ou plutôt la soirée suivante ( car c'était en fin de journée et pendant la nuit qu'avaient lieu presque toutes ces cérémonies), était dite kwaleb sghar.
Dès cinq heures, le patio se remplissait de femmes élégantes qui venaient prendre le thé.
La jeune fille restait derrière son rideau avec ses meilleures amies, ses confidentes qui la soutenaient et l'encourageaient en cette grande épreuve.
Dès ce jour-là, et pendant toutes les cérémonies, deux invitées (barzat) jouaient un rôle spécial.
C'étaient deux proches parentes du mari, récemment mariées, qui, sans fard, mais vêtues comme l'épousée, se tenaient de chaque côté de la porte, à l'intérieur de la pièce nuptiale.
Chacune d'elles avait à sa disposition une marieuse qui l'aidait à se vêtir.
Pendant tout ce temps, le fiancé menait, de son côté, une vie hors de l'ordinaire.
Son père s'était fait prêter une maison voisine de la sienne qui, durant quelques jours, abritait le jeune homme et ses amis.
On la nommait dar islan, tandis que la demeure nuptiale, la demeure paternelle du jeune homme, portait le nom de dar el-'ors.
Le fiancé s'y rendait dans l'après-midi qui précédait la nuit des noces, ou même la veille, accompagné de jeunes gens de son âge (les gens d'âge mûr étaient les hôtes de son père au dar el-'ors).
Dans la soirée qui précédait la première rencontre du mari et de la femme, le coiffeur de la famille apportait à dar el-'ors une grande chaise de bois peinte de couleurs claires, puis faisait chercher le jeune homme à dar islan.
  Un cortège se formait. Quelques-uns des garçons d'honneur prenaient le fiancé sur leurs épaules au milieu des rires et le portaient, capuchon rabattu sur la tête, jusque sur la chaise du coiffeur, placée dans le patio.
Au début de la nuit, la demeure de la jeune fille était le théâtre de la scène principale.
Jusque vers une heure du matin, le patio et le rez-de-chaussée étaient réservés aux hommes.
Toutes les femmes, fiancée comprise, se retiraient au premier étage,
Cette cérémonie s'appelait el-ghrama e'ala el-'aris fi 'ch-chliya (la contribution en l'honneur du marié sur la chaise), ou tout simplement ech-chliya (la chaise).
Quand elle avait pris fin, le coiffeur remplissait son office, rasant la tête du fiancé et lui faisant la barbe, si besoin était.
Le cortège regagnait dar-islan, de la même façon que précédemment.
  Tous ces préparatifs étant terminés, on en arrivait enfin au mariage proprement dit (Lilet es-dkhoul : la nuit de l'arrivée).
  Cette nuit-là, il y avait fête dans les trois maisons où se déroulaient le mariage, les deux maisons familiales et la maison où se déroulait le mariage.
Le cortège nuptial se formait.
En tête venaient les hommes de la famille du marié, puis les marieuses, suivies de la mariée et de six ou huit de ses parentes, habillées exactement comme elle  pour que les génies ne sachent pas à qui s'en prendre s'ils venaient à rencontrer le cortège.
Les parents de la mariée, hommes et jeunes garçons, fermaient la marche.
Des cierges portés par les marieuses et les enfants éclairaient cette troupe joyeuse
Elles la conduisaient alors voilée au seuil de la chambre nuptiale et lui présentaient deux pains (khobza) qu'elle tenait sous chaque bras et un trousseau de clés.
Deux Neggafa (marieuses) l'encadraient, l'une tenant un bol de lait, l'autre un plateau de dattes.
La belle-mère s'avançait, donnait une pièce d'argent aux marieuses, soulevait le voile qui couvrait le visage de sa bru qui tenait ses yeux fermés, l'embrassait légèrement sur la joue et laissait retomber le voile.
Elle buvait une gorgée de lait dans le bol que lui tendait la neggafa, prenait une datte sur le plateau que lui présentait l'autre neggafa et retournait à sa place".
Ainsi la mariée recevait dès l'abord les souhaits de bienvenue (slam) de sa belle-mère  avant même d'être unie à son époux, elle était adoptée par sa famille.
Après le dîner, le mari revenait à l'alcôve.
Cette nuit-là était, en général, celle de la consommation du mariage.
De bonne heure le lendemain (sbohi), toutes les femmes mariées étaient réunies, attendant les marieuses qui bientôt apporteraient, taché de sang, le caleçon de la jeune épousée.
Elles l'avaient d'abord montré aux parents du marié qui leur avaient donné de l'argent en signe d'allégresse, la même cérémonie (es-sarwal : le pantalon) se renouvelait chez les parents de la mariée, leurs invitées s'en allaient aussitôt et la maison reprenait sa vie coutumière.
L'après-midi du même jour, à la maison nuptiale, avait lieu la présentation des cadeaux offerts par le mari à sa femme.
Cette cérémonie prenait place pendant l'exposition de la mariée faite selon le même rite que la veille.
Pendant ce temps, deux marieuses allaient chercher l'époux à dar islan, aux environs de cinq heures du matin.
Elles lui apportaient une djellaba et un burnous de laine fine et de soie blanche (ksa) que ses amis l'aidaient à passer sur ses vêtements.
Tous alors, jeunes gens et marieuses, l'accompagnaient jusqu'à la porte de la maison nuptiale.
Les jeunes gens n'entraient pas, mais payaient un tribut aux marieuses.
Seul le marié pénétrait dans le patio et, capuchon rabattu sur les yeux, se frayait un chemin parmi la foule des invitées pour gagner la chambre de sa femme.
Il se plaçait derrière elle, dont les marieuses prononçaient à nouveau l'éloge.
Alors les marieuses faisaient pivoter la jeune femme du côté de son époux et levaient le voile qui lui couvrait le visage.
Pour la première fois, dans la plupart des cas, les deux époux se regardaient.
Le premier jour après la "nuit de l'arrivée" était dit sbah (le matin).
Tôt dans la matinée, le mari se rendait au dar islan où il retrouvait ses amis les plus proches, puis revenait déjeuner dans l'alcôve nuptiale.
Les deux jours suivants (nahar thani sbohi et nahar thaleth sbohi : le lendemain et le surlendemain du sbohi, la mariée était exposée à la fin de l'après-midi et recevait la visite de son époux, cependant que les invitées continuaient à affluer à la maison nuptiale.
 Dès le lendemain du sbohi (nahar thani sbohi), dar islan perdait son caractère particulier, mais le marié continuait d'y passer toutes ses journées avec quelques-uns de ses amis les plus chers, jouant aux cartes, plaisantant ou devisant.
Le cinquième jour portait le nom de nahar hall er-ras (le jour de la libération de la tête).
Les marieuses défaisaient la coiffure spéciale de la mariée (selta) et la remplaçaient par la coiffure des femmes mariées, une natte de chaque côté de la tête.
Les invitées étaient nombreuses pour assister à cette cérémonie qui consacrait le changement d'état de la jeune femme, elles étaient fort élégamment vêtues.
La mariée, toujours richement parée, était cependant habillée de vêtements plus simples.
Les marieuses la faisaient asseoir sur le seuil de la pièce, dos au patio, le mari arrivait alors et, ayant pris des mains d'une marieuse une natte des cheveux de son épouse, s'appliquait à en dénouer quelques tresses, cela fait, il collait une pièce d'or sur son front et laissait aux marieuses le soin de la coiffer.
Après quoi elle était présentée aux invitées sans maquillage, et les yeux ouverts.Le deuxième jour, appelé nahar el-ghsil (le jour de la toilette), à cause du bain de la nuit, les marieuses, avant d'exposer l'épousée, lui ajustaient sur la tête le bonnet des femmes âgées et de bonne famille (hantouz). 
L'exposition avait lieu ensuite, mais trois fois de suite, la mariée portant chaque fois un costume différent (Ibasat).
  Le septième jour enfin, après que les époux avaient passDésormais les époux redevenaient des êtres comme les autres, après avoir satisfait aux rites qui accompagnaient leur changement d'état. Cependant le neuvième jour, la jeune mariée faisait le pain "pour qu'il y en ait toujours beaucoup dans la maison" et préparait un plat de poisson, car "manger du poisson porte chance"
 
 



1 commentaire:

  1. pour plus photos model caftan et takchita voir:
    http://takchita-caftan.blogspot.com

    RépondreSupprimer

Membres

Archives du blog

livre

  • pride and prejudice
  • passage to india
  • roots
  • eat pray love
  • the note book
  • le rouge et le noir